La roue des émotions d’Elvis – DIY à imprimer.


Cécile, l’auteur

J’ai testé la roue des émotions pour vous…
Non, c’est faux ! La roue des émotions, j’en ai entendu parler, il y a de cela 6 ans…
Lorsque j’ai appris que mon petit garçon avait des troubles du spectre autistique. 

Pour mon « bidibou » ( à 40 ans, promis j’arrête de l’appeler comme ça), détecter les émotions chez les autres n’était pas quelque chose d’inné.

Il a fallu qu’il apprenne. Qu’il passe par la case « intellect ». 

Le courage de ce petit bonhomme !
Tous les efforts qu’il doit produire pour « apprendre » à vivre harmonieusement avec les autres !   Tenez, là … je vous en parle et plouf… larmichette ! 
Donc, nous avons utilisé entre autres outils relationnels, la roue des émotions :

« Bidibou…. Quand le petit garçon sur l’image fait les gros sourcils et que sa bouche fait un sourire à l’envers, d’après toi, il est… ?
- Moche ! 
- Ok… essaie encore ! »

Et Bidibou a essayé encore et encore.
Joie, tristesse, colère, fatigue, lassitude, ironie… oui… des émotions de plus en plus fines…


Et un jour… Bidibou a cessé d’avoir peur des autres (et de les tabasser au passage) parce qu’il a su décrypter leurs émotions. 

Ça a été long, je ne vous le cache pas. Dans un film on aurait fait une ellipse.
4 ans d’archéologie émotionnelle façon Indiana Jones à la recherche de ce que les autres ressentent… ça n’aurait pas fait le carton des ch’tis.  
Ça a été suffisamment long pour que je prenne le temps de me poser cette question à moi-même :

« et toi ? Tu ressens quoi, toi ? »

Et de constater que j’avais bien du mal à savoir où me situer sur la roue des émotions. 

Oui, on m’a appris à être forte, vaillante, courageuse, travailleuse, agréable et serviable. Et cela m’a été fort utile dans la vie. 
Mais dans ma famille, on balayait les émotions sous un tapis, comme une grosse poussière. 

Et voilà que , face à la roue des émotions de mon Bidibou, je comprenais tout à coup que mon incapacité à me réaliser pleinement, mon manque de confiance en moi,  ce petit blues tout naze en permanence au fond du coeur… ben… c’était parce que je n’avais pas appris à me connaître, à reconnaître mes propres émotions. 
Une maman de petit garçon autiste qui par lui apprend les émotions… Belle ironie non ? Coquinette de vie, va ! 

J’ai mis 40 ans avant de comprendre cela. Depuis… je fouille, je trifouille… 


La roue des émotions a changé ma vie.

Je la regarde chaque jour, comme la boule de madame Irma et je lui/me dis :

Alors ? Tu te sens comment ce matin ? Et pourquoi ?

Dingue quand même ….C’est un outil si simple… une roue en papier… 
Je suis heureuse de savoir que tous les enfants y ont accès désormais. Dans les écoles, à la maison….
Des enfants conscients de leurs propres émotions auront plus de chance de s’épanouir et s’accomplir avec plus d’aisance. Trop la chance ! 

Alors, une roue avec Elvis en figure de proue… Ce bon gros ours tellement à l’écoute des autres et de lui-même… Me met en joie ! Ah la belle émotion que voilà ! 

Pour créer ta roue des émotions tu as besoin :

  • De la feuille avec la roue imprimée (télécharge-la ci dessous)
  • et d’une attache parisienne.
  1. Télécharge la roue des émotions,
  2. découpe la ainsi que la flèche.
  3. Assemble la roue et la flèche à l’aide de l’attache parisienne !

Et voilà, comment te sens-tu maintenant ?

  • J’ai le code, laissez-moi entrer et recevoir mon cadeau !!
  • Je veux devenir ambassadeur, agent secret, membre VIP des histoires du soir !!!!
    Je veux recevoir en avant-première les nouveautés, et surtout mon code VIP, mon sésame de la cave aux merveilles 😀
    Je m’abonne à la newsletter !

Pas le temps de l’imprimer maintenant ?

Enregistre-la dans Pinterest !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.